FANDOM


1 877 Pages

Eh oui, j'ai osé.

Que ce soit par envie ou par curiosité, le resultat est le même : je l'ai fait, tout simplement.

Je suis allée voir Sonic, le film.

Malheureusement, les horaires de diffusion sont curieusement très mal réparties. J'ai dû le voir en VF.

Et franchement je ne le regrette pas.

Points positifs

Le parti animaliste en force !

Alors que je me recueillais sur le résultat, j'étais loin de m'attendre à ce qu'il soit aussi bon. En comparant les multiples reprises cinématographiques, je m'attendais à un échec phénoménal ; par exemple, TEKKEN.

Pour être plus claire, je m'attendais à un Sonic agaçant et hyper-confiant comme je déteste. Mais d'après moi, ce Sonic bat largement tous les autres contreparties américaines précédentes.

L'humour est également présente, d'assez bonne qualité pour justifier la comédie qui entoure la série d'origine et qui est toujours d'actualité aujourd'hui (2020). Ça dépend des traduction, par contre. Le véritable humouriste de l'histoire est évidemment Dr. Robotnik. Jim Carrey s'est donné !

Défauts

La section des défauts… En toute franchise, je dis qu'il y a plus de défauts que de qualités. Après tout, c'est le premier long-métrage, donc ça peut se comprendre.

Selon moi, l'histoire n'est niaise, digne d'un livre pour enfant, et le suspense plutôt moyen. J'ai commencé à comparer avec le conte Le vilain petit Canard ; le visage caché du Sonic original japonais ? Comme c'est pas cool !

Le sujet négatif le plus fort est la solitude, l'antonyme par excellence de l'amitié. Mais ressasser ces propos peuvent devenir immoraux et peuvent sortir du contexte de la série originale de jeux vidéo Sonic. Je veux dire, l'enjeu de la solitude consiste à se mettre à l'épreuve, de se découvrir. Au lieu de quoi, elle est identifiée comme une pathologie spirituelle, alors que ce n'est pas forcément vrai. Enfin, ce n'est que mon avis. Justement, Sonic ne sait pas qui il est et compte sur les autres pour devenir quelqu'un. Par exemple, il s'est projeté de devenir comme Tom. Sinon, quel aurait été son projet d'avenir ?

Le dernier défaut est l'identification des intellos. Il est clairement énoncé que les personnes intelligentes sont des monstres — merci, c'est sympa —, d'où l'intérêt de les isoler du reste du monde et de les juger irresponsable pour avoir le cerveau hyper-actif. Cette conclusion a toujours été exploitée dans les Looney Tunes, les Disney, et j'en passe.

Conclusion

J'ai vu en français et je n'ai pas été tant déçue que cela.

D'après moi, le film était destiné à redonner du frais à la série d'origine. Au lieu de quoi, nous avons droit à un genre comédie dramatique. Après tout, cela permet de distinguer la controverse américaine de la série originale japonaise, qui est largement meilleure. Enfin, ce n'est que moi.

Je me ferai un plaisir de le revoir une deuxième fois, même si ça a été en version française.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .